Les Mondes de Clèm: Un peu de théâtre...

samedi 2 novembre 2013

Un peu de théâtre...

Comme la rentrée approche à grands pas et que cette année est pour moi celle du bac de français, j'ai lu trois pièces de théâtre cette semaine... Le Mariage de Figaro, de Beaumarchais, était imposé et je devais en choisir une autre dans la liste suivante :

Les Fourberies de Scapin - Molière
L'Ile des Esclaves - Marivaux
Le jeu de l'amour et du hasard - Marivaux
Ruy Blas - Victor Hugo
Les Bonnes - Jean Genêt
Hilda - Marie Ndiaye

J'ai lu L'Ile des Esclaves et Le jeu de l'amour et du hasard, mais je tâcherai de me procurer quelques autres avant la fin de l'année... Ces textes parlent tous de la relation maître/valet et de l'inversion des rôles. C'est au programme il paraît...

L'Ile des esclaves - Marivaux (1725)
Ma note : 1/5
Je vous mentirais en disant que j'ai déjà lu un livre moins intéressant que celui-ci ! Déjà que je n'aime pas vraiment lire du théâtre (c'est beaucoup mieux de voir la pièce que de la lire), heureusement que celle-ci ne faisait que 40 pages... On pourra toujours dire que c'est un texte révolutionnaire, qu'il critique la société où vit l'auteur... Il n'empêche que je me suis ennuyée. Je ne sais pas si vous avez déjà lu un livre en comptant le nombre de pages qu'il vous restait, à chaque fois que vous tourniez une page... Moi ça ne m'a pas aidée à le faire passer plus vite ! Je n'ai pas réussi du tout à entrer dans l'histoire, ni à apprécier les personnages... 


Le jeu de l'amour et du hasard - Marivaux (1730)
Ma note : 3/5 
Comme la précédente, cette pièce est de Marivaux. Dans l'édition Librio que j'ai, elle fait environ 90 pages. C'est plus que le double de L'Ile des esclaves, mais j'ai préféré ce texte de loin ! (Oui, je sais que le nombre de pages ne compte pas, c'est ce que je m'efforce de répéter quand je veux faire lire un livre à mes frères... Mais quand il s'agit de livres pour le lycée, le nombre de page devient souvent la principale raison du choix du livre !) L'histoire est celle de Sylvia et Dorante, dont les pères ont décidé de les marier. Or, afin de connaître la personne qu'ils vont devoir épouser, chacun décide de se déguiser en son valet pour espionner le maître. Le livre est donc organisé autour de quiproquos, étant donné que Dorante et Sylvia ne sont pas au courant de l'idée de l'autre. Tous deux tombent amoureux de celui/celle qu'ils pensent être le valet/la servante... Du coup, l'histoire est plutôt intéressante et j'ai bien aimé observer son évolution...


Le Mariage de Figaro - Beaumarchais (1778)
Ma note : 2,5/5
Avec 170 pages dans cette édition (le texte en lui même, sans le dossier de fin), c'était la pièce la plus longue des trois. En ce qui concerne l'histoire (hors significations cachées auxquelles l'auteur n'a peut-être même pas pensé en écrivant son texte), elle est intéressante mais parfois un peu ennuyante. De plus, comme dans les deux autres, le texte est écrit dans un langage qui n'est pas celui auquel le lecteur est habitué. La compréhension est aidée par les notes ajoutées dans le bas de page, mais il est donc parfois un peu difficile d'entrer dans l'histoire en lisant toujours ces notes... Malgré tout, cette pièce n'est pas non plus passionnante à lire.

J'ai donc un message pour les personnes qui décident des programmes scolaires... Pourquoi est-ce que vous ne nous donnez jamais des livres qui donneraient envie de lire ?? Parce que c'est bien de se plaindre que les jeunes ne lisent plus, mais ce n'est pas en lisant des livres comme ça que j'aurais envie de lire pour le plaisir...

12 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec ta conclusion : pourquoi se plaindre que les jeunes lisent moins alors qu'on nous propose la plupart du temps des livres qui ne donnent absolument pas envie ? Certains classiques sont géniaux, et pourtant jamais étudiés en cours. Alors que d'autres, totalement barbants, sont au programme chaque année...
    Je dois lire Le colonel Chabert de Balzac pour lundi. Bien que ce roman ne soit pas vraiment difficile à lire, il n'intéresse personne dans ma classe. Un colonel déchu après une bataille qui essaie pendant tout le livre de récupérer son titre, c'est bien... Mais il n'y aurait pas mieux ??
    Bon, bref, je m'emporte, en tout cas merci pour tes mini chroniques ^^ Et ta conclusion soulève une question intéressante, qui nous touche vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis entièrement d'accord avec toi ! ;)

      Supprimer
  2. Pour le choix des oeuvres en cours de français, les oeuvres ne sont pas imposées par le Ministère, c'est le prof qui choisit. Il y a des thèmes à respecter mais le prof choisit quel livre il va faire lire à sa classe. (sauf pour la littérature en Terminale L, là c'est imposé par le Ministère).
    C'est dommage que tu n'aies pas aimé "L'île des esclaves" : j'avais beaucoup aimé cette lecture en première... Mais après les goûts et les couleurs... Le théâtre ce n'est pas toujours facile à lire... Pour ma part, je trouve qu'il faut lire les pièces et aussi les voir jouées ! C'est deux activités totalement différentes mais géniales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais je pense que les profs ne peuvent pas choisir tout ce qu'ils veulent, si ? Ils ne font pas un choix dans une liste ?
      Oui, ce serait super si on nous emmenait voir les pièces étudiées... Parce qu'une mise en scène peut changer totalement l'ambiance !

      Supprimer
    2. Tant que c'est dans les thèmes des objets d'étude, ils ont toute liberté à ce sujet ;)

      Supprimer
    3. Oui, tout dépend donc du thème alors ! ;)

      Supprimer
  3. Après je suis d'accord, souvent on a l'impression que les profs veulent dégoûter de la lecture, et pourtant...
    Moi aussi j'ai lu le colonel Chabert et j'avais beaucoup aimé.
    J'ai lu Marivaux et j'adore.

    Alors peut-être que ça dépend des goûts de chacun après...

    Il faut savoir aussi qu'ils ne peuvent pas sélectionner n'importe quoi, mais j'avais une prof par exemple qui nous avais recommandé des livres pour nos lectures personnelles un peu plus moderne et intéressant.

    J'ai découvert des livres que j'aurais jamais lu de moi-même à l'école (tel que des souris et des hommes de Steinbeck qui est génial) et je ne le regrette pas (bon je dis pas que j'ai pas lu des trucs qui m'ont rendu folle (comme Candide de Voltaire, mais mes copines ont toutes adorées)).

    Bref, les goûts et les couleurs... On ne peut pas satisfaire tout le monde, et les programmes ne permettent pas toujours de proposer des livres "plus récents".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu Candide l'année dernière et j'avais plutôt bien aimé... ;) Mais comme tu le dis, c'est difficile de satisfaire tout le monde ! Après, j'ai souvent du mal avec les livres donnés en cours et je ne pars donc pas sur un avis positif avant de commencer ma lecture...

      Supprimer
  4. Le "problème", c'est qu'il ne faut pas se mettre dans le même état d'esmrit selon le bouquin (classique ou plus récent) qu'on lit, et les profs ne le précisent pas assez aux élèves. Lire des classiques, ça s'apprend aussi ! Perso, à part quelques difficultés ponctuelles, j'adore :) Mais j'ai commencé progressivement : d'abbord beaucouo de théâtres, puis plus de romans, au début du XXe puis de moins en moins récents... J'ai eu quelques gros coups de coeurs ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial :D J'espère en avoir aussi... Un jour ! ;)

      Supprimer
  5. Je suis totalement d'accord avec ta conclusion! Faut pas venir nous dire qu'on ne lit plus de nos jours, après!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'adore avoir votre avis !